fbpx

Les métiers

Un univers riche en émotions

Envie de contacts humains ? Besoin d'action ? Volonté de contribuer activement à la bonne marche de la société ? La profession de policier répondra à vos attentes.

Être gendarme ou inspecteur, c'est exercer un métier exigeant, varié et riche en contacts humains, au profit de toute la population. C'est se trouver au cœur de l'action et des événements les plus inattendus.
C'est aussi mener des enquêtes judiciaires qui nécessitent du goût pour l'investigation, la recherche et l'analyse.

La police vous offre une palette de possibilités selon vos aspirations, vos compétences et votre personnalité. Parmi ces différents services, vous trouverez certainement la voie professionnelle qui vous convient.

Tous les métiers de la police sont exercés indifféremment par des femmes et des hommes. Pour des raisons de lisibilité, le site Internet www.policier.ch ne mentionne que la forme masculine.

Gendarme

Activités principales

En fonction de son affectation, le gendarme œuvre initialement dans les domaines suivants :

Gendarmerie Mobile (GM)

ou

Gendarmerie Territoriale (TER)

Après quelques années de service, il a la possibilité de rejoindre une unité spéciale comme la brigade canine, le groupe d'intervention (DARD), la brigade du lac ou de devenir un spécialiste, comme les spécialistes en circulation, en législation, etc.

La Circulation

L'Unité Circulation

Elle est composée d'enquêteurs et de photographes qui sont amenés à gérer principalement les accidents de la circulation graves ou mortels nécessitant des enquêtes complexes et des moyens techniques de pointe comme le scanner 30 ou l'utilisation de drones. Elle intervient également sur les accidents d'aviation, ferroviaires ou autres moyens de transport, à l'exclusion des accidents de la navigation. Les spécialistes du scanner 30 peuvent également être amenés à intervenir sur des scènes de crime au profit de la Police de sûreté.

Le Bureau du radar

Il procède aux contrôles de vitesse au moyen d'appareils de mesure mobiles, fixes ou semi-stationnaires sur les routes du canton, sur les autoroutes comme dans les localités. Il engage également des dispositifs de contrôle du bruit.

La Prévention routière

Cette brigade intervient auprès des élèves des établissements scolaires vaudois, dès leur plus jeune âge, ainsi qu'auprès des apprentis, afin de les sensibiliser sur la connaissance graduelle des règles de la circulation en vue de leur comportement comme usagers de la voie publique et comme conducteur de véhicule pour demain.

Elle organise également des campagnes de prévention routière en collaboration entre autres avec le BPA ainsi que le TCS et participe à diverses manifestations en relation avec le domaine routier.

Le Bureau de la législation routière

Son responsable apporte un appui en interne pour toutes les questions liées à la législation routière et prodigue des conseils aux différentes administrations, dans ce même domaine.

Le Bureau des accidents

Ce bureau est spécialisé en matière de circulation, plus précisément en accidentologie. Son personnel s'assure de la qualité des rapports avant leur transmission aux magistrats.

Il entreprend toutes les démarches nécessaires afin d'identifier les auteurs de fuites après accident au moyen des éléments à disposition, tout comme dans la recherche de véhicules dans le cadre d'une procédure judiciaire.

La Gendarmerie Mobile

Forte d’environ 300 collaboratrices et collaborateurs, la Gendarmerie mobile assure prioritairement les missions de police-secours (appels au 117) et est présente sur l’ensemble du territoire vaudois. Elle est organisée en 6 sections actives 7 jours sur 7 et 24h/24h, placées sous la conduite d’officiers opérationnels.  Les sections comptent chacune 4 unités (UGM) stationnées dans l’un des 4 centres de gendarmerie, soit à Yverdon-les-Bains (Nord), Bursins (Ouest), Rennaz (Est) et Le Mont-sur-Lausanne (Centre). 

Ces femmes et ces hommes agissent toute l’année, jour et nuit en qualité de premiers intervenants sur tous types de missions, comme par exemple :
 
  • intervenir sur des bagarres, rixes, violences domestiques, incendies, incivilités, levées de corps, demandes d’assistance, nuisances sonores ;
  • renforcer la présence visible de proximité sur le terrain, par des actions préventives ou répressives, en fonction des problèmes locaux signalés ou phénomènes délictueux ;
  • traiter les accidents de la circulation, du dégât matériel à celui mortel, y compris sur l’autoroute;
  • exercer la surveillance du trafic routier sur l’ensemble du canton ;
  • accompagner certains transports spéciaux ou sensibles ;
  • établir des constats et enregistrer des plaintes pénales (cambriolage, dommages à la propriété, vols, violences domestiques, agressions, etc.) ;
  • gérer les événements judiciaires de courte durée et contribuer à la réussite de l’enquête, avec l’appui de la Gendarmerie territoriale ou de la Police de sûreté ;
  • assurer l’ordre public lors de regroupements, manifestations ou matchs ;  
  • collaborer étroitement au quotidien avec les partenaires, les polices communales vaudoises, la Douane suisse, les autres polices cantonales ou la Gendarmerie française ;

Formés à toutes éventualités, les collaborateurs de la GM qui jouent un rôle important de primo-intervenant, suivent de nombreuses formations. Aguerris en sécurité personnel, secourisme, tir, conduite automobile ou encore en maintien de l’ordre, il leur arrive fréquemment de passer d’un type d’événement à un autre au cours de leur service. Il arrive par exemple qu’ils se portent au secours d’un blessé, puis règlent la sécurité et le constat d’un accident, avant de se rendre au domicile d’une personne âgée pour lui porter assistance. Ainsi, ils démontrent toute leur capacité à réagir rapidement, à se réorganiser, à s’adapter aux circonstances, avec professionnalisme tout en favorisant une action de proximité.

La Gendarmerie Territoriale

La Gendarmerie Territoriale (ci-après GTer) assure les missions d’investigations judiciaires, de proximité et d’intervention en appui de la Gendarmerie mobile sur l’ensemble du territoire vaudois. La GTer est organisée en 4 arrondissements de Gendarmerie dans lesquels on retrouve 28 postes, 8 postes « antennes » et 2 postes de Gendarmerie mobiles. L’activité des 250 collaboratrices et collaborateurs de ce service est planifiée sur l’ensemble de la semaine (week-end compris) ainsi que par des permanences H24 afin de répondre aux missions régionales ou lors de manifestations.

Les Arrondissements et les postes :

Arrondissement la Côte :

Coppet, Nyon, Gland, Rolle, Aubonne, Morges, Cossonay, St-Cergue (antenne) et Apples (antenne).

Arrondissement Lausanne :

Lausanne-gare, Lausanne-cité, Renens, Le Mont-sur-Lausanne, Cheseaux-sur-Lausanne (antenne) et Epalinges (antenne).

Arrondissement Nord :

Yverdon-les-Bains, Grandson, Chavornay, Sainte-Croix, Echallens, Vallorbe, Le Sentier, Payerne, Moudon, Lucens (antenne), Avenches (antenne) et Yvonand (antenne).

Arrondissement Est :

Paudex, Oron-la-Ville, Vevey, Montreux, Villeneuve, Aigle, Cergnat, Château d’Oex et Les Diablerets (antenne).

Les missions principales de la GTer sont :

  • Effectuer des enquêtes judiciaires à caractère local ou régional ;
  • Traiter les réquisitions judiciaires selon les directives du Ministère public ;
  • Assurer des permanences judiciaires afin de prendre en charge le suivi de certaines affaires de la Gendarmerie mobile ;
  • Traiter les réquisitions administratives des autorités requérantes (Préfecture, Office des poursuites, Services des automobiles et autres) ;
  • Assurer les relations avec les partenaires locaux et les autorités communales ;
  • Mettre en œuvre une présence de proximité par le biais d’actions préventives et de partenariats à l’échelle locale, notamment avec les postes de Gendarmerie mobiles ;
  • Assurer l’ordre public lors de manifestations ou de matchs ;
  • Collaborer étroitement et au quotidien avec les partenaires, les polices communales vaudoises, la Douane suisse, les autres polices cantonales ainsi que le Gendarmerie française ;
  • Assurer la sécurité des audiences dans les tribunaux d’arrondissements ;
  • Appuyer la Gendarmerie mobile dans sa mission de primo-intervenant.

En complément des missions générales ci-dessus, la GTer a développé quatre concepts spécifiques :

La cellule graffitis : cette entité traite l’ensemble des affaires pénales liées aux graffitis et aux tags. Son action vise également à coordonner les investigations au niveau cantonal, intercantonal et international sur cette problématique.

Le peloton de montagne : ces femmes et ces hommes interviennent pour des accidents, des disparitions et toutes les interventions liées à l’activités de montagne (été comme hiver). Ils collaborent étroitement avec les colonnes de secours vaudoises et effectuent également de la prévention et de l’éducation. Les intervenants judiciaires montagne (IJM) sont des spécialistes expérimentés qui ont participé à des tests et des formations spécifiques.

Le peloton cycliste : de manière ponctuelle, ces gendarmes œuvrent à vélo afin de compléter les patrouilles motorisées et pédestres. Ils renforcent la police de proximité de par leur visibilité et leur disponibilité. Certains gendarmes sont formellement membres du peloton cycliste et reçoivent une formation spécifique. D’autres peuvent également utiliser ce moyen si le poste est équipé.

Les répondants de proximité : ces gendarmes agissent sur des problèmes récurrents d’incivilités et d’insécurité qui nécessitent des interventions répétitives des patrouilles. Avec la mise en place d’un processus de résolution de problème spécifique, ils répondent aux attentes et sollicitations de la population. Leur travail permet de faciliter l’implication, à tous les échelons, de l’ensemble des acteurs concernés par les problèmes de sécurité publique.

Les collaboratrices et collaborateurs de la GTer effectuent un travail très diversifié. Les semaines sont rythmées par du travail d’enquête (surveillance, investigation, audition), des patrouilles, la gestion de manifestations ainsi que des missions de proximité. En complément, et comme tout gendarme, ils peuvent se spécialiser dans d’autres domaines. Ils permettent ainsi d’assurer les procédures judiciaires et/ou administratives dans la profondeur et offrent un service professionnel complet à la population.

Les conditions d'emploi

Les conditions salariales et sociales

Durant leur formation, les aspirants engagés par le canton de Vaud reçoivent environ CHF 4'000.- brut par mois (avec un treizième salaire).

Au terme de leur formation, ils sont engagés avec le grade de gendarme et perçoivent un salaire d'environ CHF 6'100.- par mois. A cela s'ajoutent un treizième salaire et diverses indemnités. Le revenu progresse ensuite en fonction de l'expérience, des qualifications et des responsabilités que les gendarmes peuvent être amenés à prendre.

Les gendarmes vaudois bénéficient de conditions salariales et sociales attractives. Ils ont la possibilité de pratiquer une heure de sport hebdomadaire sur le temps de service et peuvent bénéficier d'un grand nombre de mesures de prévention de la santé (vaccination, contrôle médical, prise en charge immédiate en cas d'exposition à des liquides biologiques, couverture privée en cas d'accident, etc.)

La formation continue est garantie notamment par des cours internes ou externes, des cours de cadres et des stages en Suisse et à l'étranger.

Les servitudes

Les gendarmes sont appelés à changer d'affectation au cours de leur carrière. Ces mutations, généralement décidées d'un commun accord, sont volontaires ou dictées par des raisons de service : passage d'une entité à l'autre selon le degré de formation, promotion à un grade supérieur, etc.

Les missions de police exigent l'engagement de personnel aussi bien de jour que de nuit, le dimanche comme la semaine. Il arrive aussi que les gendarmes partent à l'improviste lorsqu'ils assurent des services de piquet.

Pour des raisons évidentes, les gendarmes ont l'obligation d'observer la plus grande prudence dans le choix de leurs relations et d'adopter une attitude en adéquation avec leur fonction.

Syndicats et loisirs

Les gendarmes ont la possibilité de s'affilier à l'Association Professionnelle des Gendarmes Vaudois (APGV) qui est affilié à l'Union Syndicale des Policiers Romands (USPRO), la Fédération Suisse des Fonctionnaires de Police (FSFP) et la Fédération des Sociétés de Fonctionnaires et du Parapublic Vaudois (FSF). Ils peuvent également devenir membres de diverses sociétés sportives regroupées sous l’égide du Groupement Sportif de la Police Cantonale (GSPCV).

Un métier varié au service de la collectivité

La gendarmerie est ouverte à des personnes responsables, dynamiques, disponibles, serviables et persévérantes.

Les gendarmes effectuent leurs missions essentiellement en uniforme, parfois en civil en fonction de leur mission. Ils ont une activité qui les met au contact de toutes les couches de la société.

Ils assurent 24 heures sur 24 la sécurité publique dans et hors des agglomérations, sur les routes et autoroutes du canton. Ils dissuadent par leur présence, préviennent par leurs conseils et répriment les contrevenants aux lois qui régissent la vie en société. Ils surveillent le réseau routier et procèdent aux constats d'accidents de circulation. Ils exercent leur activité au sein d'un poste de gendarmerie ou dans une unité d'intervention. Après quelques années de pratique, ils peuvent rejoindre une unité ou un domaine spécialisé comme le groupe d'intervention (DARD), la brigade canine, la brigade du lac, la prévention routière, etc.

Ils peuvent exercer la police judiciaire conjointement avec la police de sûreté.

Ils exécutent des tâches administratives au profit d'instances cantonales et communales.

Ils ont une activité où le contact humain est primordial. Dans la majorité des cas les policiers nouent le dialogue et calment les esprits sans devoir recourir à la contrainte.

 

Inspecteur / inspectrice

Activités principales

En fonction de l'affectation, il œuvre dans les domaines suivants :

- Infractions contre le patrimoine
- Crimes et délits contre l'intégrité physique
- Lutte contre la consommation et le trafic de stupéfiants
- Infractions commises par des mineurs
- Infractions aux moeurs
- Criminalité économique
- Criminalité informatique
- Criminalité organisée
- Sécurité de l'Etat
- Statut des étrangers
- Police scientifique
- Coordination du renseignement judiciaire
- Surveillance

En cours de carrière et selon leur intérêt et les besoins du service, les inspecteurs sont amenés à oeuvrer au sein de différentes entités de la police de sûreté.

Les conditions d'emploi

Durant leur formation, les aspirants engagés par le canton de Vaud reçoivent environ CHF 4'000.- brut par mois (avec un treizième salaire).

Au terme de leur formation, ils sont engagés avec le grade d'inspecteur C et perçoivent un salaire d'environ CHF 6'300.- par mois. A cela s'ajoutent un treizième salaire et diverses indemnités. Le revenu progresse ensuite en fonction de l'expérience, des qualifications et des responsabilités que les inspecteurs peuvent être amenés à prendre.

Les inspecteurs vaudois bénéficient de conditions salariales et sociales attractives. Ils ont la possibilité de pratiquer une heure de sport hebdomadaire sur le temps de service et peuvent bénéficier d'un grand nombre de mesures de préventions de la santé (vaccination, contrôle médical, prise en charge immédiate en cas d'exposition à des liquides biologique, couverture privée en cas d'accident, etc.)

La formation continue est garantie notamment par des cours internes ou externes, des cours de cadres et des stages en Suisse et à l'étranger.

Les servitudes

Les inspecteurs sont appelés à changer d'affectation au cours de leur carrière. Ces mutations, généralement décidées d'un commun accord, sont volontaires ou dictées par des raisons de service : passage d'une entité à l'autre selon le degré de formation, promotion à un grade supérieur, etc.

Les missions de police exigent l'engagement de personnel aussi bien de nuit que de jour, le dimanche comme la semaine. Il arrive aussi que les inspecteurs partent à l'improviste lorsqu'ils assurent des services de piquet.

Pour des raisons évidentes, les inspecteurs ont l'obligation d'observer la plus grande prudence dans le choix de leurs relations et d'adopter une attitude en adéquation avec leur fonction.

Syndicats et loisirs

Les inspecteurs ont la possibilité de s'affilier au Syndicat de la Sûreté Vaudoise (SSV), qui est affilié à l'Union Syndicale des Policiers Romands (USPRO), la Fédération Suisse des Fonctionnaires de Police (FSFP) et la Fédération des Sociétés de Fonctionnaires et du Parapublic Vaudois (FSF). Ils peuvent également devenir membres de la section vaudoise de l’International Police Association (IPA), de diverses sociétés sportives regroupées sous l’égide du Groupement Sportif de la Police Cantonale (GSPCV) ou culturelles de la police, à l’image de la Fanfare de la Police Cantonale Vaudoise (FPCV).

Un métier varié au service de la collectivité

La police de sûreté est ouverte à des personnes responsables, dynamiques, disponibles, perspicaces, et persévérantes.

La police de sûreté a pour mission d'élucider les crimes et les délits et, après enquête, de livrer leurs auteurs à la justice.

Les inspecteurs assurent de multiples missions. Discrets, ils travaillent toujours en tenue civile et ont une activité qui les met au contact de toutes les couches de la société. Dans le cadre de la lutte contre le crime et la délinquance, ils recherchent les traces et indices, recueillent les témoignages et les preuves d'une infraction, pour en identifier les auteurs. Dans tout le canton et au-delà de ses frontières, ils établissent le contact et collaborent avec les corps de polices suisses et étrangers.

Ils agissent souvent préventivement. Ils surveillent les lieux, quartiers ou régions susceptibles d'attirer des délinquants et interviennent en temps opportun pour tenter de prévenir la commission d'infractions.

En cas de besoin, ils assurent la protection de personnalités officielles suisses et étrangères susceptibles d'être menacées. Ils exécutent également des réquisitions de police administrative émanant d'autorités diverses, telles que la police des étrangers.

 


Civils uniformés

Agent-e de transfert et de surveillance (ATS)

MISSIONS PRINCIPALES

En votre qualité d'agent-e de transfert et de surveillance, vous assurer :

en qualité d'agent d'escorte, le transfert des détenus et gérer leurs dépôts et bagages.
la gestion et le fonctionnement de la zone carcérale (ZC) et de la zone de maintien sécurisée (ZMS).
les services de garde des détenus.

Vous :
seconder le personnel du bureau des transferts.
assurer le courrier des détenus entre les offices pénaux, les tribunaux et les prisons.

PROFIL SOUHAITÉ

Titulaire d'un Certificat fédéral de capacité (CFC) utile à la fonction ou titre jugé équivalent.
Très bonne résistance au stress et aux pressions psychologiques.
Bonne condition physique (un test d’aptitude physique adapté est réalisé dans le cadre du processus de recrutement).
Être prêt à suivre la formation spécifique d’ATS à l’Académie de Savatan.
Esprit d’entraide et de collaboration.

ASTREINTES PARTICULIÈRES

Travailler de nuit, dimanches et jours fériés.
Assumer des services de permanence réguliers.
Faire preuve d'une grande flexibilité sur le plan des horaires.
Suivre les cours de sécurité personnelle, de tir et les formations sanitaires.

La formation d'ATS (ASP armé) est obligatoire et peut être effectuée en emploi.
Elle se déroule à l'Académie de police de Savatan.
Vous trouverez toute information utile ici.

Assistant-e de sécurité publique (ASP)

MISSIONS PRINCIPALES

En votre qualité d'assistant-e de sécurité publique (ASP), vous assumez :
la gestion de la réception du centre de Gendarmerie Mobile (CGM).
la permanence téléphonique / radio et contôlez l'accès aux locaux.
la distribution et l'expédition du courrier.

Vous :
veillez au bon ordre et à l'entretien des locaux de police.
contrôlez l'état général des véhicules de service et effectuez le nettoyage de ceux-ci.
assumez le contrôle du matériel police et signalez tout problème au responsable du CGM.
garantissez la préparation des déjeuners et repas de nuit (environ 10 personnes).
effectuez des courses de service sur ordre.

PROFIL SOUHAITÉ

Maîtrise de la langue française et des outils informatiques courants.
Disposé-e à travailler dans le cadre d'horaires irréguliers (système de tournus 3x8).
Confection de repas simples.
Permis de conduire indispensable.
Sens du contact, discrétion requise.
Nationalité suisse ou permis C.
Casier judiciaire vierge.

La formation d'ASP est obligatoire et peut être effectuée en emploi.
Elle se déroule à l'Académie de police de Savatan.
Vous trouverez toute information utile ici.

Opérateur-trice Bureau Renseignements Police (BRP)

MISSIONS PRINCIPALES

En votre qualité d'opérateur-trice au bureau de renseignements police, vous assurez :
la réception et vouus analyser toutes les informations et demandes d'entraide. 
la diffusion des informations au sein de la Police cantonale et auprès des partenaires de la chaîne sécuritaire ou pénale.
la tranmission des renseignements aux policiers de terrain sur les informations relatives au contrôle des personnes et objets et communiquer les dispositions à prendre en cas de résultat positif. 
la saisie et le maintien à jour des bases de données cantonales et fédérales. 
de manière ponctuelle des tâches attribuées au Bureau des signalements (en dehors des horaires de bureau). 
 
PROFIL SOUHAITÉ

Titulaire d'un Certificat fédéral de capacité (CFC) utile à la fonction ou titre jugé équivalent.
Bonnes connaissances du fonctionnement des autorités judiciaires cantonales et fédérales.
Français : bonne maîtrise exigée. Allemand : oral souhaité.
Informatique : bonnes connaissances des outils usuels.
Capacité d’analyse et autonomie dans la prise de décisions liées à la fonction.
Flexibilité, gestion du stress.
 
ASTREINTES PARTICULIÈRES

Assure un travail en horaires irréguliers selon le modèle 3 x 8.
Travailler de nuit, dimanches et jours fériés.
Faire preuve d'une grande flexibilité sur le plan des horaires.

Opérateur-trice de trafic professionnel (OTP)

MISSIONS PRINCIPALES

En votre qualité d'opérateur-trice de trafic professionnel, vous assurez :
la gestion des appels à destination de la centrale de gestion du trafic.
le pilotage des équipements d’éléments mobiles (EM) sur les tronçons routiers et autoroutiers en fonction des événements du trafic et gérez l’information trafic et sa diffusion.
l’engagement du Centre d’Entretien Electromécanique (CEEM), des Centres d’Entretien des Routes Nationales (CERN) et des entreprises de secours routiers. 
la liaison avec la Centrale d’Engagement et de Transmission (CET) de la Police cantonale vaudoise.


PROFIL SOUHAITÉ

Titulaire d'un Certificat fédéral de capacité (CFC) utile à la fonction ou titre jugé équivalent.
Expérience de quelques années dans la formation de base et intérêt pour les questions sécuritaires (Gestion trafic, etc.).
Français : bonne maîtrise exigé. Allemand et anglais : oral souhaité.
Informatique : bonnes connaissances des outils usuels.
Capacité d’analyse et autonomie dans la prise de décisions liées à la fonction.
Flexibilité, gestion du stress.
 

ASTREINTES PARTICULIÈRES

Assure un travail en horaires irréguliers selon le modèle 3 x 8.
Travailler de nuit, dimanches et jours fériés.
Assumer des services de permanence réguliers.
Faire preuve d'une grande flexibilité sur le plan des horaires.



Galerie photo

DSC 8536
DSC 8631fl
DSC0025
DSC0163
DSC1247
DSC2717
DSC2751
DSC3131
DSC7784
DSC7852
DSC9078
DSC9774

Icon02 Icon02
Icon03 Icon03
Icon04 Icon04
Icon02 Icon02
Icon03 Icon03
Icon04 Icon04